Compagnie Hélène Marquié
Le Blog

Rencontre avec Vanessa Cailhol

Du ‘Livre du la Jungle’ au ‘Violon sur le toit’, en passant par ‘Grease’ et bientôt ‘Mamma Mia’, elle est de tous les projets. Rencontre avec une passionnée aux yeux remplis d’étoiles…

Raconte-nous ton parcours…

Comme beaucoup de petites filles, j’ai commencé la danse à l’âge de 4 ans. Je me souviens encore de mes premiers tutus,  l'odeur de laque sur mes premiers chignons...  J’ai intégré un danse-études puis après mon bac, j’ai fait partie d’un ballet junior de danse classique à Toulouse puis d’une formation plus contemporaine à Genève, et enfin Paris qui m’a permis de danser dans divers festivals internationaux. Un jour, une chorégraphe m’a recommandée l’AICOM car elle savait que je voulais aussi chanter. A peine rentrée à l’école, Serge Tapierman, le producteur de MC Productions, m’a choisie pour incarner Mowgli dans ‘Le livre de la Jungle’.  J’ai ensuite passé 1 an au Cours Florent pour me perfectionner en théâtre.

Qu'est-ce que t'a apportée l'AICOM?

Dèsmon premier cours de chant, ce fut une évidence.  C'est comme si la lumière du chemin où je devais aller s'allumait enfin. L'AICOM m'a fait découvrir la "vraie" comédie musicale, elle m'a appris la technique du chant, elle m'a permis de faire des rencontres qui ont changé ou embelli ma vie, elle m'a aidée à sortir de moi, à oser, à faire ce que j'aime vraiment.

Quels sont tes plus beaux souvenirs de scène ?

La 1ère fois sans doute où j’ai entendu les 40 musiciens avec qui on a chanté les Misérables à Lausanne. Egalement ma première au Palais des Congrès dans le rôle de Jeanne dans ‘Grease’. Je me suis revue plus de 10 ans en arrière quand j'étais venue voir "Notre Dame de Paris". C'était la première comédie musicale que je voyais, et j'avais pleuré tout le reste de la nuit tant j'avais été émue. Et je me souviens m'être dit en secret qu'un jour peut être je serai à leur place...

Qu’as-tu découvert sur ce métier dont tu n’avais pas idée auparavant ?

Je réalise aujourd'hui la difficulté de vivre dans une perpétuelle remise en question. Avec la crainte de ne pas être à la hauteur, de ne pas avoir de travail, de se poser sans arrêt plein de questions, d'avoir toujours de nouvelles envies… On n’est jamais arrivé! Mais je réalise aussi et surtout  à quel point ce métier nous fait grandir personnellement. Ce n’est pas juste un métier. Ca nous suit partout et c'est délicieux.

Posté le: Jeudi 25 Mars 2010, 18:48:35
Lien direct: http://www.aicomparis.com/blog/5/rencontre-avec-vanessa-cailhol.html

Il tait une fois Marine Andr

Décris-nous ton parcours…

J’ai toujours voulu être sur scène. Toute petite, je voulais être une grande ballerine. J’ai suivi des cours de danse classique dès l’âge de 6 ans mais je suis tombée malade (une polyarthrite, une maladie génétique qui paralyse les jambes) et j’ai dû renoncer à mon rêve. Heureusement, je faisais aussi du théâtre à côté puis du chant dans une chorale religieuse. J’ai ensuite poursuivi des études classiques, Sciences Po que j’ai détesté mais des études de communication et médiation culturelle tout en suivant le cours Florent où j’étais également soliste dans la chorale. Pour mon projet d’étude au cours Florent, j’ai d’ailleurs monté l’opérette en 1 acte d’Offenbach ‘Le mariage aux lanternes’. Autant dire que les autres élèves m’ont regardé bizarrement ! (rires). J’ai ensuite travaillé comme assistante de la directrice de la chorale pendant 1 an avant de décider de rentrer à l’AICOM.

Quels sont les spectacles auxquels tu as participé ?

Avant de rentrer l’AICOM, je faisais surtout du théâtre contemporain, puis dès mon entrée dans l’école j’ai eu la chance d’être choisie pour interpréter Margot, la sœur de Anne Frank dans ‘Anne, le musical’. J’ai également créé ma propre compagnie pour pour pouvoir monter mon spectacle ‘Mes Elles’, des reprises adaptées de Broadway. Je suis également cette année sur deux opérettes, ‘La Périchole’, et ‘La Grande Duchesse de Gerolstein’ ainsi que sur le spectacle pour enfants ‘Il était une fois’.

Que préfères-tu dans ce métier ?

Les rencontres, on rencontre beaucoup de belles personnes. Le fait de travailler sur soi également, d’apprivoiser différents univers. J’aime aussi tous les préparatifs qui entourent un spectacle. Même si c’est dur parfois, ce n’est que du bonheur au final. On a de la chance de faire un métier qui nous passionne quand tant de gens vont au travail sans même savoir pourquoi.

Posté le: Dimanche 21 Mars 2010, 17:36:07
Lien direct: http://www.aicomparis.com/blog/4/Il-etait-une-fois-marine-andre.html

Plante Aicom

Un air de Broadway à Paris…

‘Grease’, ‘Fame’, ‘Le Roi Lion’, ‘Le Violon sur le toit’...
La comédie musicale ne s’est jamais aussi bien portée à Paris grâce notamment à une nouvelle génération d’artistes aussi bons chanteurs, danseurs que comédiens formés dans des écoles comme l’AICOM.

Une nouvelle ère du spectacle musical accompagnée d’un tout nouveau magazine à retrouver chaque mois devant vos salles de spectacles...

 

 

Cliquez sur la couverture pour télécharger le premier numéro

Posté le: Vendredi 19 Mars 2010, 22:41:46
Lien direct: http://www.aicomparis.com/blog/3/planeteaicom-numero1.html

LAICOM prend un nouveau dpart !

Depuis la rentrée 2004, l’Académie Internationale de Comédie Musicale forme les artistes qui font le succès de la comédie musicale française d’aujourd’hui. L’heure de tirer un premier bilan et de s’ouvrir de nouvelles perspectives…

90% des diplômés de l’AICOM sont engagés dès leur sortie sur un spectacle (ou parfois même au cours de leur formation). Un chiffre qui en dit long sur l’efficacité de la méthode pédagogique dispensée au sein de l’Académie Internationale de Comédie Musicale, dirigée d’une main de fer par son créateur Pierre-Yves Duchesne. Les Misérables, le Fantôme de l’Opéra, Hello Dolly, La Vie Parisienne… Pierre-Yves Duchesne écume les plus grandes salles de Liège à Hambourg en passant par le Japon avant de décider de lancer sa propre école à Paris. Une école pluridisciplinaire où sont enseignés le chant, la danse, et le théâtre comme un seul et même art. L’école reçoit la bénédiction de parrains prestigieux (notamment Serge Tapierman, Jacques Duparc, Isabelle Aboulker, Serge Gaymard, et plus récemment Lara Fabian) et la magie du spectacle (et le travail acharné des élèves) font le reste. Quelques années plus tard, on retrouve les sortants sur ‘Le Roi Lion’, ‘Grease’, ‘Fame’, ‘Cendrillon’, ‘Le violon sur le toit’, ‘La Flûte enchantée’, ou encore ‘Peter Pan’ pour ne citer qu’eux. Et l’aventure ne fait que commencer. Depuis la rentrée 2009, l’AICOM a quitté son siège historique au Centre de Danse du Marais pour investir le quartier très théâtral de Strasbourg St Denis. En plus de l’académie en elle-même (cours à l’année, stages, cours du soir, cours individuels, et cours junior), on y trouve la première boutique de la capitale consacrée à la comédie musicale (CD, partitions, play-backs, dvd et objets collectors).

AICOM (boutique et académie) – 322 rue St Martin 75010 Paris.

Posté le: Jeudi 18 Mars 2010, 23:20:24
Lien direct: http://www.aicomparis.com/blog/2/nouveau-depart.html

 

Page: 1 2       Le RSS du Blog